Rencontre jeunesse le 27 Janvier à 10h30

Rencontre jeunesse le 27 Janvier à 10h30

image-1-barbara

Le samedi 27 Janvier à 10h30

Le Rideau Rouge à le plaisir de recevoir Barbara Martinez

pour une lecture de ces albums et une séance de dédicaces

à l’occasion de la parution de son nouvel album :

Monsieur Hibou aux éditions Points de suspension.

 

Venez rencontrer cette charmante auteure illustratrice et son univers tout en douceur

image-2-barbara

Little Urban : un chouette éditeur jeunesse !

Little Urban : un chouette éditeur jeunesse !

DSC01595Nous avons le plaisir de vous présenter une jeune maison d’édition jeunesse à la charte graphique très réussi :

Little Urban

à travers une sélection de leurs albums

Pour découvrir ensemble les éditions Little Urban, nous te proposons un petit jeu : nous avons éparpillé dans la vitrine un memory de Little Urban, il manque un pièce, il te suffit de deviner de quel animal il s’agit pour gagner un splendide poster qui décorera ta chambre, tes toilettes ou ta cuisine ! Réponse à donner au comptoir des libraires ! (Attention, ce jeu n’est ouvert qu’aux enfants !!!)

Les premiers albums de Little Urban ont été lancés en octobre 2015, mais l’aventure commence deux ans auparavant sous l’impulsion de Pôl Scorteccia, directeur actuel d’Urban Comics qui engage Audrey Latallerie. Le binôme décide ensemble des projets éditoriaux. L’ambition de la maison d’édition est de faire découvrir l’univers foisonnant de la littérature jeunesse aux petits comme aux grands. Les adultes ont en effet un rôle clé comme accompagnateur du jeune lecteur avec la mise à disposition d’outils comme des ateliers créatifs proposés sur le site.

Le catalogue de Little Urban se structure autour de l’album. Ludiques pour les tout-petits avec par exemple le génial Tu me vois ? tu me vois plus de Sylvia Borando ou encore Une pierre sur la route de Ilaria Antonini & Barbara Balduzzi ; et de belles histoires pour les plus grands avec un grand souci de la qualité du texte. En effet si l’originalité et la beauté des illustrations sont souvent au rendez-vous dans la production jeunesse contemporaine, la qualité du texte et le rapport avec l’illustration n’est pas toujours au rendez-vous. Little Urban fait un travail la plupart du temps exemplaire en la matière !Il faut découvrir La légende du chien noir de Levi Pinfold ou la série des T-Rex de Molly Idle entre autres.

La maison d’édition à une politique de suivit des ses auteurs ce qui lui donne un bel équilibre. On retrouve souvent des clins d’oeil ou hommage à Sendack, Ungerer ou Lobel dans la manière dont le texte et l’image sont travaillés. Les albums sont d’une grande fluidité avec plusieurs niveaux de lecture, ce qui permet à l’enfant de se projeter dans les histoires.

Depuis septembre, Little Urban se lance dans une collection de premiers romans en adoptant un format plus large que les collections classiques de premières lectures et une grande part faite à l’illustration. Gageons que ces petits ovnis sauront trouver leur public. Et le 13 octobre c’est Benjamin Chaud qui adapte avec talent de nouvelles aventures des marsupilamis !

En résumé une maison d’édition moderne et ambitieuse à qui nous souhaitons longue vie et cerise sur le gâteau, le Samedi 25 novembre, avec l’association CitéRature(s), l’éditrice Audrey Latallery viendra à la librairie nous présenter son projet éditorial et nous conter le quotidien de son travail, à vos agendas !

Travail, de quoi parle-t-on ?

Travail, de quoi parle-t-on ?

Travail : de quoi parle t-on ?

En cette jolie rentrée attendue difficile, la librairie vous propose une sélection de textes sur le travail : des réflexions sur la notion même de travail, historiquement, sociologiquement et philosophiquement. Et puis aussi des livres sur les bouleversements du travail à l’œuvre aujourd’hui liés aux nouvelles formes que prennent le capitalisme et nos démocraties, et enfin quelques titres activistes sur les formes de luttes passées et à venir, histoire de rendre cette rentrée un peu moins subie.

DSC01586Nous ne sommes pas nés vierges de ce long récit qui lit l’Homme au travail à travers l’histoire. Celui-ci à été défini et vécu de multiples façons. Pourtant, comme à chaque génération, il nous appartient de tenter de le redéfinir à notre convenance : nouveaux rapports, évolutions ou changements drastiques de son espace d’existence :

« Au lieu d’opposer les deux libérations du travail, celle où le travail se libère et celle où l’on s’en libère, il faut sans doute essayer de penser comment on ne peut se libérer du travail qu’en le libérant » (1)

Afin d’échapper à l’acceptation des dits « principes de réalité » nous devons être en mesure de parler du travail autrement pour ne pas hésiter à bousculer les discours dominants et ce que nous croyons savoir. Ne renonçons pas à comprendre et à imaginer. Les textes, les mots, les conversations, les actes sont autant d’armes inépuisables tant que nous restons vaillants et curieux.

Bonnes découvertes !

(1) Bertrand Ogilvie dans « Le travail à mort » aux éditions l’Arachnéen

La SF en trois points pour une soirée incroyable !

La SF en trois points pour une soirée incroyable !

Vendredi 30 juin à 20h rencontre avec une belle brochette d’auteurs SF : Alain Damasio, Melanie Fazi, Anne- Sylvie Salzman et Maheva Stephan-Bugni.

Ces auteurs ont participé à Adar, recueil de nouvelles qui se déroulent dans les ruines d’Yirminadingrad, ville imaginaire des bords de la mer noire et théâtre de plusieurs recueils de nouvelles de Léo Henry et Jacques Mucchielli ( Yama Loka Terminus et Bara Yogoï aux éditions Dystopia ).

Lancement des deux nouveaux titres des éditions Dystopia et Scylla

pointdujourSortie nationale de Point du jour de Léo Henry et Stéphane Perger aux éditions Scylla :

Point-du-jour est un patchwork de nos cités contemporaines ; un mélange de centres historiques, de gratte-ciels d’affaires, de banlieues pavillonnaires, de zones industrielles et commerciales, de bidonvilles,
d’autostrades… De part sa taille, elle existe sous tous les climats et toutes les latitudes. Elle est en ruine par endroit, à peine achevée en d’autres, envahie par les eaux ou par la forêt, ou en parfait état de conservation. La densité de population y est très faible. L’urbain, en
quelque sorte, y est devenu un paysage naturel. Point-du-jour est la capitale infinie d’un univers déréglé. Les points de repère n’y sont jamais fiables. L’explorateur tourne en rond. Le temps passe à une allure chaotique. La plupart des humains vivent en communautés réduites, adoptant des modes de vie spécifiques à leur environnement. Ils ont peu de contacts les uns avec les autres. De peur de s’égarer, ils rechignent presque
toujours à quitter leur zone d’habitat. Leurs us et coutumes sont aussi divers que les gens qui la composent, mais s’inspirent souvent de ceux d’animaux dits sociables. Les rats, par exemple, élisent épisodiquement un roi tout-puissant, qu’ils finissent par renverser. Les araignées
vivent par paires et reliées les unes aux autres par des cordes. Les lombrics se cachent sous la terre, qu’ils creusent pour trouver de la nourriture…De rares aventuriers voyagent de place en place. Ils sont en quête d’un foyer plus accueillant, d’un souvenir, d’une amélioration de leur
situation. Certains cherchent à sortir de Point-du-jour (ne dit-on pas que la ville est bordée par la mer ?), d’autres à rassembler des informations sur le monde d’avant, d’autres simplement à rencontrer d’autres lieux, d’autres gens.

fewofusSortie nationale de Few of us de Luvan aux éditions Dystopia :

Few Of Us (nom de code : FOU) nous contemple avant, pendant et après la catastrophe. Histoires brèves des choses semées en nous, qui germent. Nous sans abri, à l’abri, prescients ou ignorants. Il y a ceux que l’ignorance blesse et inversement. Des migrants. Des chiens (parfois trop). Des graffitis exterminateurs. Une Veuve qu’on verra deux fois. Un clown maléfique et l’usine où on les frappe. Few Of Us, c’est une modeste collection de portraits asymétriques et dérangés, de diagnostics politiques crus et fatidiques, où l’humour noir fait écho à une misère qui ne l’est pas toujours.

Inauguration de l’exposition autour de Yirminadingrad qui se tient dans la cave de la librairie durant tout l’été

Un été très SF au Rideau Rouge

Un été très SF au Rideau Rouge

Partez à la découverte d’un genre qui n’en finit pas de nous étonner !

Nous assistons depuis quelques années à des formes de décloisonnement entre la littérature et la Science Fiction.

D’une part du coté de l’édition, on voit l’arrivée d’auteurs de littérature contemporaine dans kalpace domaine tels que Michel Houellebecq, Boualem Sansal, Virginie Despentes, Tristan Garcia, et la parutions de textes dystopiques par des éditeurs de littérature tels que Gallimard ou Rivages.

D’autre part le succès de la Horde du contrevent de Alain Damasio va bien au-delà d’un public acquis à la SF.

Ce renouveau du public et de l’édition est sans doute lié à la force de nos interrogations et de nos angoisses actuelles. Les ventes de 1984 de Georges Orwell s’envolent après l’élection de Trump ? C’est dire à quel point la Science-Fiction nous tend un miroir passionnant de notre réalité et de nos possibles avenirs.

  notre ile sombre Ainsi nous vous proposons une sélection de textes de SF classiques et contemporains qui s’emparent des problématique liées à l’écologie, l’Europe, les migrants, la guerre, la technologie, la démocratie entre autres et qui en les transposant dans un avenir plus ou moins proche nous invitent avec tout le talent de leurs écritures à ouvrir de nouvelles portes de réflexions et à ressentir la densité des enjeux qui se posent à nous aujourd’hui.

Ces décloisonnements n’auraient pas été possible sans la lucidité et l’envie d’un certains nombre de petits éditeurs qui partagent le besoin de stimuler et d’agiter la littérature en jetant des passerelles entre les genres. Nous leur donnons ainsi une certaine place dans notre sélection. Celle-ci, très personnelle, issue de nos lectures ou de nos désirs est forcément maladroite et attachante.

Nous espérons que vous ferez de très belles découvertes.