Etre ici est une splendeur, vie de Paula M. Becker de Marie Darrieussecq

Éditeur : POL (2016) / 128 pages / 15 euros

etre ici est une splendeurElle a vécu 33 ans, fut une grande amie de Rilke qui lui a consacré un poème, Requiem à une amie, et surtout, surtout, elle a peint. Passionnément, à sa manière de femme, courageusement, se fichant un peu de tout le reste.

Le Musée d’art moderne de Paris consacre une exposition à Paula Modersohn-Becker, et Marie Darrieussecq un récit biographique sensible et digne, touchant à ce que la créativité fait aux femmes. Très beau.

Résumé : 

Paula Modersohn-Becker voulait peindre et c’est tout. Elle était amie avec Rilke. Elle n’aimait pas tellement être mariée. Elle aimait le riz au lait, la compote de pommes, marcher dans la lande, Gauguin, Cézanne, les bains de mer, être nue au soleil, lire plutôt que gagner sa vie, et Paris. Elle voulait peut-être un enfant – sur ce point ses journaux et ses lettres sont ambigus. Elle a existé en vrai, de 1876 à 1907.

S’abonner à la newsletter