A l’occasion de la sortie du livre

« Le courage des gouvernés« 

de Thomas Skorucak aux éditions du CNRS

Nous vous invitons à venir discuter avec l’auteur

le vendredi 5 avril à 19h30

Dans le cadre de notre sélection « Boite à outils pour temps impétueux« , nous sommes ravies de vous proposer de discuter des chemins qui pourraient nous mener à une réappropriation de nos conditions d’existences.

Interroger les entrelacements du courage, de la vérité et du pouvoir, voilà ce dont nous discuterons avec Thomas Skorucak lors de cette soirée.

Pour que celle -ci soit la plus vivante et constructive, venez nombreuses et nombreux ! Merci de vous y inscrire ici.

En ces temps marqués par la grande désillusion des citoyens face au politique, alors même que l’action collective est plus que jamais nécessaire, n’est-il pas urgent de réactualiser la notion de courage ? Mais comment penser ce courage loin de l’image d’une posture héroïque, apanage exclusif des puissants et des natures exceptionnelles, représentation à laquelle nous l’avons trop souvent cantonné ?
Ce courage des citoyens, cette vertu des gouvernés, Thomas Skorucak la met en scène dans des procès emblématiques où s’affrontent l’autorité et la vérité. Procès de Socrate et Galilée où le vrai s’est progressivement imposé comme source unique de l’autorité. Procès des criminels nazis où est patente la difficulté à s’affirmer face au pouvoir de sujétion de la vérité et à la démultiplication des régimes d’obéissance.
Comment dès lors élaborer une forme de courage qui serait une élaboration quotidienne et patiente de soi par soi, résistante à l’emprise du pouvoir sur notre conduite ? La question n’a rien de rhétorique. Michel Foucault et Hannah Arendt ouvrent la voie, revenant tous deux à l’Antiquité et à la figure tutélaire de Socrate. Ils permettent de penser un courage sans référence à aucune transcendance, comme fidélité à soi-même, ou comme stylistique de l’existence.
Une tentative de désassujettissement, dont l’actualité n’est pas à démontrer.