Rencontre avec Sylvain Pattieu
le jeudi 19 septembre à 19h30

Dans son nouveau roman « Forêt-Furieuse » publié aux éditions du Rouergue, Sylvain Pattieu nous surprend encore en nous plongeant dans un roman foisonnant qui interroge l’enfance, la violence, le besoin de nature, la liberté … Avec une construction par petits chapitres, l’auteur dévoile peu à peu une sorte d’épopée, fable politique, roman de science-fiction. Un objet inattendu et très rythmé qui emporte le lecteur et dont on ne ressort pas indemne.

À la Colonie, en lisière de la forêt, il y a des enfants malades, des orphelins et des estropiés, des rescapés. Ils ont des noms à rallonge, La-Petite-Elle-Veut-Tout-Faire-Toute-Seule, Destiny-Bienaimée, Mohamed-Ali, Tout-Le-Fait-Rire. Ils sont divisés en deux groupes, strongues et bitches, et les strongues tabassent, et les bitches ne se laissent pas faire. Ils sont plus habitués à la violence qu’à la tendresse, ça n’empêche pas les amitiés, les amours. Ils ont peur de la forêt, mais elle les attire, ces gamins. Pas loin, un village, enserré dans des montagnes. Comme partout, la lutte des classes règne, entre bergers, paysans, et maîtres des forges. On trouve des christian, des muslim, des supermuslim. Les vrais supermuslim menacent, ils veulent prendre le village pour leur califat. Il y a des Grands-Incendies et des Grandes-Vagues, des pluies corrosives ou du soleil qui tape dur. 
Dans Forêt-Furieuse, Sylvain Pattieu fait s’entrechoquer la vitalité enfantine, l’imaginaire destructeur du djihadisme, la violence des guerres contemporaines, sur fond de contes et légendes d’Ariège, de paysages des Pyrénées et de Seine-Saint-Denis. Et puis il y a son écriture, scandée par le rap et nourrie de la langue populaire d’aujourd’hui.