Rencontre entre chercheurs, habitants et militant associatifs autour de la définition de « quartier d’accueil ».

Le Vendredi 9 mars à 19h30

A l’heure où l’hostilité publique de l’état Français et de la mairie de Paris envers les réfugiés est notoire, l’hospitalité privé d’habitants et de militants de notre quartier est quotidienne.

Cet accueil pose de nouveaux enjeux dans les relations qui se tissent entre réfugiés et habitants installés. Et défriche de nouvelles formes politiques de mobilisations collectives.

Afin de nourrir la réflexion des habitants du quartiers,des réfugiés,et des militants associatifs (Quartiers Solidaires entre autres…), nous aurons le plaisir de recevoir plusieurs chercheurs qui éclaireront les pratiques politique d’accueils actuelles.

entre accueil et rejetNous recevrons ainsi Véronique Bontemps et Stefan Le courant qui font parti du programme de recherche Babels dirigé par l’anthropologue Michel Agier de l’EHESS. Ce programme de recherche réunit une quarantaine de chercheurs répartis sur une quinzaine de sites en Europe et aux portes de l’Europe. Il propose, à travers une ethnographie comparée des villes-frontières, des villes-refuges et des villes-carrefours de questionner l’actuelle « crise migratoire » sur notre continent. Ce programme de recherche a donner lieu à la publication d’une collection au Passager Clandestin : Bibliothèque sans frontières.

Nous recevrons aussi Cyril Hanappe, architecte et enseignant à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville. Cyrille Hanappe s’investit depuis plusieurs années dans les bidonvilles d’Île-de-France et dans les camps de réfugiés du Nord.

Enfin nous recevrons des membres de l’association Perou, Pôle d’exploration des ressources urbaines qui est un laboratoire de recherche-action sur la ville hostile conçu pour faire s’articuler action sociale et action architecturale. S’en référant aux droits fondamentaux européens de la personne et au « droit à la ville » qui en découle, le PEROU se veut un outil au service de la multitude d’indésirables, communément comptabilisés comme cas sociaux voire ethniques, mais jamais considérés comme habitants à part entière.
Avec ceux-ci, le PEROU souhaite expérimenter de nouvelles tactiques urbaines – nécessitant le renouvellement des techniques comme des imaginaires – afin de fabriquer l’hospitalité tout contre la ville hostile.

 

La soirée promettant d’être riche et longue, nous vous invitons à vous inscrire par mail (librairie@lerideaurouge.com) et à ramener quelques victuailles et boissons.

Au plaisir de vous y retrouver !!