Du 1er au 30 septembre leRideau Rouge accueille les photographies argentiques de Adrien Laurens

Vernissage – rencontre samedi 16 septembre de 14h à 18h

Banniere internet EXPO

« Quel meilleur endroit que le Rideau Rouge pour exposer pour lapremière fois mes épreuves argentiques ? Le rideau rouge, c’est aussi le voile qui tombe -et non qui se lève comme au théâtre- mais qui tombe dans la chambre noire et me permet de voir lentement apparaître l’image dans la chimie. Dans le révélateur, la photographie se dessine, vacillante, comme s’animeraient des acteurs sur le plancher. C’est cette lumière qui éveille la magie du processus dans le calme du laboratoire, enveloppé d’ombres écarlates.

La photographie est pour moi un moyen de figer le temps. À la différence du numérique, l’argentique a ce pouvoir spécial de matérialiser, solidifier, transformer à l’état de cristaux d’argent mes souvenirs, mon regard. Ce rapport à la matière tend à disparaître aujourd’hui, dans une société où même les sons, images, souvenirs ou relations humaines sont dématérialisés. L’argentique me permet de faire une pause dans le rythme effréné de la vie parisienne. Je prends alors le temps de fabriquer la photographie ; d’abord sur la pellicule, en travaillant le support à l’aide des prises de vue et de double-expositions, au développement en faisant apparaître les négatifs sur le film, puis lors du tirage, en sculptant la lumière sous l’agrandisseur.

Amateur en photographie, j’ai d’abord débuté par le numérique. Après une formation en arts appliqués et des études dans l’artisanat d’art, me tourner vers l’argentique était pour moi une évidence par son rapport à la matière. En parallèle, je voulais comprendre la photographie par son début : une année de formation au musée du Jeu de Paume m’a permis d’enrichir ma culture en arts et histoire visuelle. Souhaitant maîtriser le processus de fabrication d’une image dans son intégralité, j’ai suivi des cours de tirage argentique afin d’assimiler la technique.

Les épreuves présentées dans cette exposition sont le résultat de ce travail personnel : j’ai réalisé les petits formats en chambre noire, tandis que les tirages barytés grand format ont été commandés en laboratoire, en raison des spécificités techniques de ce papier. »

Adrien Laurens

www.adrienslaurens.com

www.facebook.com/adrienlaurensphotographies/

0000-NB135-072016-14