affiche-reappropriation-web

« Réappropriation » est une exposition féministe intersectionnelle qui rassemble les oeuvres de Candy Fair, Christelle Pécout, autrices de BD, de Cam Linh Huynh, photographe, des textes issus de l’atelier d’écriture Langue de Lutte autour d’un thème où ces artistes reprennent la parole sur des sujets tels que : le corps, l’ assertivité dans le monde du travail, l’identité, les discriminations.

6

Rencontrez les artistes lors du vernissage samedi 3 février 2018 à partir de 17h 

Candy Fair : née en 1979, Candy Fair est une illustratrice franco-vietnamienne qui a passé toute sa vie à Paris. Enfant, elle était très timide et occupait son temps à observer ce qui se passait autour d’elle. Arrivée à l’âge adulte, elle continue de le faire à travers ses bandes dessinées, ses illustrations et la photographie argentique. Elle aime partager les choses qu’elle voit et qui la font rire, qui l’agacent ou qui sont en rapport avec l’histoire de ses origines. Découvrez son travail sur candyfairstudio.com.

Christelle Pécout :Née à Séoul (Corée du sud) en 1976, Christelle Pécout est adoptée à Marseille. Elle vient à la BD en découvrant Yoko Tsuno, les comics, Moebius et Akira. Diplômée de l’école de la chambre syndicale de la couture parisienne, elle entre ensuite à l’ESI (Angoulême). Depuis 2000, elle vit de son activité d’autrice BD. Elle fait partie du Collectif des créatrices de BD contre le sexisme et du syndicat des auteurs·trices de BD. Ses thèmes de prédilection sont les héroïnes fictives ou réelles, que ce soit à travers la fiction ou la réalité. Elle vit aujourd’hui au coeur du XIIIe arrondissement de Paris et va souvent en Asie, sur les traces de ses origines. Une région qui la fascine particulièrement par ses multiples cultures populaires et contemporaines.

Cam Linh HUYNH : photographe autodidacte parcourt le globe avec ses inséparables appareils jouets dits « lomo » (appareils argentiques de basse qualité). Cette dernière année, elle s’est consacrée à des sujets sociaux notamment : l’identité, les discriminations ( le racisme et le sexisme). Dans « Réappropriation », elle réinterprète des oeuvres de street-art à travers sa technique de superpositions qu’ elle a réalisées sans retouche en Colombie et dans sa ville de résidence : Paris. A travers ses slogans féministes, elle suggère et aspire davantage à un féminisme inclusif, plus universel.

https://www.facebook.com/CamLinhLomographe
https://www.instagram.com/camlinhlomographe/

 

et samedi 3 mars 2018, de 17h à 19h30, à l’occasion du débat/dédicace avec les autrices de l’ouvrage Féministes: Récits militants sur la cause des femmes paru en janvier 2018 aux éditions Vide Cocagne qui clôturera en beauté l’exposition

féministes

 

Un atelier d’écriture non mixte est organisé par Langue de Lutte samedi 24 février 2018 de 14h à 16h (sur inscription)

Langue de Lutte est un atelier d’écriture créative féministe, gratuit et non mixte. Les ateliers sont indépendants les uns des autres, on peut y participer une seule fois, ponctuellement ou régulièrement, selon ses envies et ses disponibilités. Chaque séance fait l’objet d’un thème général et préalablement défini. A partir d’un texte ou d’un support inspirant, un exercice d’écriture créative est proposé. Après avoir écrit et seulement si elles/ils/iels le souhaitent, les participant.E.s peuvent partager leurs lignes à voix haute avec le reste du groupe.Afin que tout le monde ait le temps et l’espace de s’exprimer, le nombre de place est limité à 20 personnes. Pour s’inscrire, il suffit d’envoyer un mail à atelierlanguedelutte@gmail.com. Plus d’informations sur la page Facebook : www.facebook.com/languedelutte

banniere-Atelier