Du temps où j’étais mac d’Iceberg Slim

Éditeur : Points (2017) / traduit de l’américain par Clélia Laventure / 208 pages / 6,50 euros

du temps où j'étais mac

Drôle, politiquement très intéressant, et percutant (si on oublie d’être féministe bien sûr !)

Elise

Résumé : Très tôt projeté dans le chaos du ghetto, Robert Beck raconte comment il est devenu Iceberg Slim, maquereau clinquant et sans scrupule. Déception amoureuse liée au racisme, pauvreté et violence l’ont entraîné, à l’image de nombre d’Afro-Américains, dans la spirale de la délinquance. À la seule différence qu’Iceberg trouvera finalement son salut dans l’écriture et la défense des siens.

 

S’abonner à la newsletter



 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)