Le poids de la neige de Christian Guay-Poliquin

Les éditions de l’Observatoire (2018) / 249 pages / 19€

Le poids de la neige

Il neige, ça ne s’arrête plus, l’électricité est coupée, le village muet. On croirait la fin d’un monde. Dans cette atmosphère étrange et suspendue, un jeune homme en convalescence, le narrateur, observe et attend. Voici un bien singulier roman, récompensé par la plus haute distinction littéraire au Canada. Envoûtant !

Résumé : À la suite d’un accident, un homme se retrouve piégé dans un village enseveli sous la neige et coupé du monde par une panne d’électricité. Il est confié à Matthias, un vieillard qui accepte de le soigner en échange de bois, de vivres et, surtout, d’une place dans le convoi qui partira pour la ville au printemps, seule échappatoire. Dans la véranda d’une maison où se croisent les courants d’air et de rares visiteurs, les deux hommes se retrouvent prisonniers de l’hiver et de leur rude face-à-face. Cernés par une nature hostile et sublime, soumis aux rumeurs et aux passions qui secouent le village, ils tissent des liens complexes, oscillant entre méfiance, nécessité et entraide. Alors que les centimètres de neige s’accumulent, tiendront-ils le coup face aux menaces extérieures et aux écueils intimes ?

S’abonner à la newsletter



 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)