Peindre, pêcher et laisser mourir de Peter Heller

Éditeur : Actes Sud (2017) / traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Céline Leroy / 478 pages / 9.80€ 

peindre, pêcher et laisser mourirCe roman au titre beau comme un camion se situe entre le western pour le grands espaces et l’amour de la nature et des animaux, le roman noir pour l’enchaînement sans espoir et haletant des événements, la poésie pour le lyrisme déchirant de son héros meurtri… Une véritable aventure !

Résumé : Peintre en vogue, pêcheur ardent, philosophe artisanal, Jim Stegner tombe dans un engrenage fatal le jour où, témoin accidentel, il prend la défense d’une petite jument maltraitée. C’est qu’il est un poil sanguin, ce père orphelin, en quête d’une sérénité à jamais perdue avec sa fille violemment arrachée à la vie, son mariage pulvérisé, son rapport au monde passablement conflictuel. Pour ne rien arranger, l’homme est profondément allergique à l’injustice, et dangereusement réactif à la violence. Et voilà que, du jour au lendemain, son quotidien vire à la course poursuite permanente : Jim devient la proie mouvante – et la terreur numéro un – d’une bande de solides ordures qui ne plaisantent pas avec la vengeance.

Pour en savoir plus France Culture et la page dédiée du site d’Actes Sud

 

S’abonner à la newsletter



 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)