Je m’appelle Lucy Barton de Elizabeth Strout

Editeur : Fayard (2017) / 202 pages / 19 euros / traduit de l’anglais (états-unis) par Pierre Brévignon

Je m'appelle Lucy BartonQuel juste mélange de douceur et d’amertume !

Le temps d’une longue et étrange maladie, une mère et sa fille, personnage au coeur du récit, cette jeune femme souffrante est fragile et pure, sont réunies après plus de dix années sans se voir et s’apprivoisent, faisant connaissance sans doute pour la première fois de leur vie. Un roman très touchant, pudique et juste !

Résumé : Alors que Lucy est hospitalisée, elle reçoit la visite de sa mère, qu’elle n’avait pas vue depuis longtemps. La convalescente est replongée dans ses souvenirs d’enfance : la pauvreté, les problèmes familiaux et son départ pour New York. Le récit d’une vie, avec en toile de fond les difficultés de compréhension entre une mère et sa fille.

 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)