Le Milieu de l’horizon de Roland Buti

Éditeur : Zoé (2016) / 240 pages / 10 euros
Le Milieu de l'horizon

Quelle merveille que ce roman de formation : brûlant, faulknérien et intense ! Pendant l’été caniculaire de 1976, Gus assiste au lent délitement de sa famille, quitte l’enfance, dans une sidération sensuelle et étouffante. Définitivement magistral.

Résumé : La sécheresse de 1976. Sous le soleil implacable de cet été, Gus quitte l’enfance.
La nature se désagrège, les sentiments s’exacerbent, le noyau familial éclate : tout craque et se fissure jusqu’à ce que l’impensable arrive.
Quand la pluie arrive enfin, elle balaie une campagne épuisée et emporte un monde avec elle. « Depuis quelques jours, Rudy me disait que l’herbe sentait mauvais. Quand je lui avais demandé pourquoi, il m’avait répondu triste et sérieux que c’était parce qu’elle souffrait. »

 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)