Climats de France de Marie Richeux

Sabine Wespieser / 265 pages / 21 euros

climats de france

C’est l’histoire de deux bâtiments, l’un en France, l’autre en Algérie, tous deux construits avec la même pierre de Fontvieille par Fernand Pouillon, architecte visionnaire et animé d’une vision sociale. C’est également l’histoire de Marie, de sa fascination pour ces lieux, de son amitié avec Malek, vieil algérien arrivé en France dans les années 50, qu’elle écoute tendrement raconter sa vie. Font présence également dans ce roman élégant, subtil et intelligent, la figure de Jacques Chevallier, maire d’Alger de 1953 à 1958, les silences de l’Histoire, la question de la mémoire, la difficile et délicate tâche de relater.

Marie Richeux enchante les soirées des auditeurs de France Culture et sa voix singulière résonne également dans ce très beau premier roman !

Résumé : tout commence à Alger en 2009, avec l’émotion profonde de Marie au moment où elle découvre « Climat de France », le bâtiment qu’y construisit Fernand Pouillon. La pierre de taille, les perspectives imposantes, elle les connaît intimement : elle a grandi à Meudon-la-Forêt, dans un ensemble bâti par le même architecte.
Mue par le désir de comprendre ce qui mystérieusement relie les deux lieux, elle plonge dans leur passé, et dans celui de leurs habitants. Plusieurs récits s’entrelacent, comme autant de fragments d’une histoire dont elle traque le motif entre l’Algérie et la France : l’arrivée de Fernand Pouillon à Alger en mai 1953, invité à construire mille logements pour la fin de l’année par le maire récemment élu ; le souvenir d’une nuit de 1997 à Meudon-la-Forêt, quand Marie, treize ans, ne parvient pas à s’endormir à cause des chants de deuil résonnant dans la cage d’escalier ; les confidences de son voisin Malek, que ses parents, sentant le vent tourner à Oran, ont envoyé en France en 1956 et qui, devenu chauffeur de taxi, semble avoir échappé à la guerre dont la violence se déployait pourtant dans les rues de Paris.

Marie Richeux vient à la librairie le 12 octobre ! Pour en savoir plus c’est ici 

S’abonner à la newsletter



 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)