Cassandra de Todd Robinson

Gallmeister (2017) / 328 pages / 9.80€ / traduit de l’américain par Laurent Bury 

Cassandra Boo et Junior, videurs dans un bar à Boston, amis depuis toujours, se mettent à la recherche d’une jeune fugueuse. Mais, avec eux, rien n’est simple et pour nous c’est un bonheur. De l’humour, de la baston, une addition idéale pour une lecture qui fait du bien !

Résumé : William Boo Malone et Darell Junior McCullough, videurs dans un club de Boston, sont inséparables depuis leur rencontre à l’orphelinat. Ces deux amis tout en muscles et en tatouages sont chargés de retrouver la fille du procureur qui a disparu. Une mission délicate car, loin de se contenter d’avoir fugué, celle-ci a également de très mauvaises fréquentations.

S’abonner à la newsletter



 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)