Les buveurs de lumières de Jenni Fagan

Editeur : Métailié (2017) / 302 pages / 20 euros / traduit de l’anglais (Ecosse) par Céline Schwaller

les buveurs de lumièreDans une atmosphère pré-apocalyptique que le récit rend parfaitement (on a froid, on a peur, on est déconcertés face à l’enchaînement des évènements climatologiques), et au sein d’un parc de caravanes un peu loufoque, trois personnages bancals et attachants, tentent de s’aimer au mieux.

Un roman tendre et gracieux.

Résumé : Alors que Lucy est hospitalisée, elle reçoit la visite de sa mère, qu’elle n’avait pas vue depuis longtemps. La convalescente est replongée dans ses souvenirs d’enfance : la pauvreté, les problèmes familiaux et son départ pour New York. Le récit d’une vie, avec en toile de fond les difficultés de compréhension entre une mère et sa fille.

 

 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)