Bénis soient les enfants et les bêtes de Glendon Swarthout

Gallmeister (2017 ) / 172 pages / 8.70€ / traduit de l’américain par Gisèle Bernier  

Bénis soient les enfants...Six gosses de riches, un peu inadaptés, se retrouvent au fin fond de l’Arizona, dans un camp de vacances. Un événement va les bouleverser, et pour surmonter ça, ils partent à l’aventure…

Un roman fort qui ne laissera personne indifférent… A ne surtout pas rater !

Résumé : en plein coeur de l’Arizona, dans un camp de vacances destiné à les endurcir, six adolescents rejetés par les autres se rapprochent. Une nuit, alors que tout le monde est endormi, ils accomplissent un acte de bravoure qui prouve leur valeur.

 

S’abonner à la newsletter



 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)