Les aventures de l’infortuné marrane Juan de Figueras de Jean-Pierre Gattégno

Éditeur : l’antilope (2018) / 416 pages / 22 euros /box]

les aventures de l'infortuné

Lire un roman picaresque en février 2018 ? Si l’idée semble improbable, sa réalisation en est très aisée. Rapide même tant la lecture s’avère passionnante, en dépit des quelques 400 pages qui composent Les aventures de l’infortuné marrane Juan de Figueras de Jean-Pierre Gattégno paru en février aux toujours exigeantes et éclectiques éditions de l’antilope.

Juan de Figueras, jeune homme emprunt de foi chrétienne, est envoyé dans un horrible pensionnat catholique par son père, sans nul doute dans le but de le décourager dans le choix de cette religion. C’est le début d’une suite d’aventures, surtout de mésaventures, à travers l’Espagne du 17ème siècle ruinée, corrompue et étouffée par l’Inquisition. Comme dans tout bon roman picaresque, le héros malmené voyage, rencontre toutes les couches de la société et se confronte à une nature humaine quelque peu désespérante. L’originalité ici est que Juan de Figueras est marrane, c’est à dire un juif converti (souvent de force ou par nécessité de sauver sa vie) au catholicisme, mais qu’il l’ignore, et que ce statut très peu enviable dans un contexte politique, religieux et social aussi fermé, va lui être dévoilé et explicité au fil du récit. Une autre singularité de ce roman réside dans l’écho provoqué par Jean-Pierre Gattégno avec des questions qui nous sont très contemporaines, mais sans lourdeur et surtout sans jamais se départir d’une facétie très rafraîchissante. Un roman innatendu donc mais heureux !

 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)