L’orangeraie de Larry Tremblay

 Éditeur : Folio Gallimard (2016) / 152 pages / 5.90 euros

lorangeraie

Le destin brisé d’une famille, le drame, la fatalité de la guerre. L’orangeraie, que Larry Tremblay ne situe ni dans l’espace ni dans le temps est une allégorie de la beauté massacrée, un coin de paradis perdu à jamais. Une écriture sobre, concise, pour un texte universel, cruel et poétique à la fois.

Résumé : Les jumeaux Amed et Aziz auraient pu vivre paisiblement à l’ombre des orangers. Mais un obus traverse le ciel, tuant leurs grands-parents. La guerre s’empare de leur enfance. Un des chefs de la région vient demander à leur père de sacrifier un de ses fils pour le bien de la communauté. Comment faire ce choix impossible ? Conte moral, fable politique, L’orangeraie maintient la tension jusqu’au bout. Un texte à la fois actuel et hors du temps qui possède la force brute des grandes tragédies.

 

 

D’autres chroniques « bandes dessinées »

(modifier le titre en fonction de la catégorie de la chronique, c’est à dire modifier les mots entre guillemets)