« la fin de l’homme rouge »  de Svetlana Alexievitch

Mise en scène au théâtre de l’Atalante

Mardi 15 janvier à 19h

Rencontre et lecture avec la metteur en scène Stéphanie Loïk et des comédiens

Avec Dix histoires au milieu de nulle part et La fin de l’homme rouge, Stéphanie Loïk poursuit en beauté un travail commencé il y a dix ans sur l’œuvre de la Biélorusse Svetlana Alexievitch.

« La fin de l’homme rouge« , texte du Nobel 2015 de littérature Svetlana Alexievitch est porté sur les planches par Stéphanie Loïk pour comprendre ce que fut l’URSS et ce qu’est devenue la Russie. Cette pièce est présentée au Théâtre de l’Atalante, à Paris, du 6 janvier au 03 février 2019.

Après soixante-dix ans de marxisme-léninisme, après des millions de morts, après l’implosion de l’URSS, que reste-t-il de l’Homo sovieticus ? Armée d’un magnétophone et d’un stylo, mue par l’attention et la fidélité, Svetlana Alexievitch a rencontré des survivants qui ont vécu la petite histoire d’une grande utopie et témoignent de cette tragédie qu’a été l’Union soviétique. A la fin subsiste cette interrogation : pourquoi un tel malheur ? Le malheur russe ? Impossible en effet de se départir de l’impression que ce pays a été « l’enfer d’une autre planète ».

La très engagée et très artiste Stéphanie Loïk poursuit son infernale sarabande politique. Théâtralisant et chorégraphiant le Prix Nobel de littérature 2015 Svetlana Alexievitch, elle nous livre, en les stylisant superbement, en les magnifiant et évitant ainsi tout pathos, les récits de vie très ordinaire de Russes, Tchétchènes, Biélorusses, Arméniens, Azerbaïdjanais dans la Russie de Poutine, qu’a su recueillir avec tant de pudeur et d’émotion l’écrivaine… Tout de noir vêtus, six talentueux jeunes acteurs disent, jouent, dansent, chantent, psalmodient avec sobriété l’épouvante. Et la violence insoutenable d’un régime abandonné à la tyrannie devient assourdissante…

Stéphanie Loik est metteur en scène, actrice et auteur dramatique française.